Les plantes au pouvoir

Les plantes sont considérées comme des ressources par et pour l’humain.e. Sauf en Suisse où le gouvernement leur accorde depuis 1992 une valeur morale et où la Constitution fédérale prend en considération la dignité des plantes (article 120). Non seulement la loi protège la biodiversité et les espèces, mais elle intime aussi l’obligation de respecter l’intégrité des organismes vivants. Cela a été réaffirmé en 2008 dans le rapport « La dignité de la créature dans le règne végétal – La question du respect des plantes au nom de leur valeur morale » de la Commission fédérale d’éthique pour la biotechnologie dans le domaine non humain (CENH). Ce rapport qui porte sur la question éthique précise le concept de “dignité de la créature” énoncé à l’article 120. Il a pour objectif de déterminer si les plantes doivent être protégées et d’en préciser les raisons. Est-ce au nom de leur valeur morale ? et non seulement au nom d’une valeur instrumentale (répondant à l’argument de la biodiversité) ? ou d’une valeur relationnelle (une plante commémorative plantée en souvenir d’une personne chère par exemple) ? Ce travail a nécessité de définir les notions d’ « espèce », de « communauté végétale », de « valeur ». La valeur morale a été évaluée au travers de différentes conceptions éthiques et philosophiques comme le pathocentrisme, le biocentrisme (respect dû au caractère vivant), le sentientisme, le théocentrisme et le ratiocentrisme (basé sur la capacité de raison et d’une compétence linguistique abstraite). Le rapport conclut sur sept points concernant l’utilisation des plantes :

  • tout acte de nuisance arbitraire envers les plantes est moralement répréhensible (par exemple, étêter sans raison  les fleurs au bord de la route).
  • l’instrumentalisation totale des végétaux nécessite une justification au point de vue moral.
  • il ne peut être question d’une propriété absolue sur les plantes.
  • la modification génétique des plantes ne contredit pas l’idée de la dignité de la créature si cela ne porte pas atteinte à leur autonomie, c’est-à-dire leur capacité de reproduction ou leur capacité d’adaptation, et sous réserve des limitations liées à l’éthique sociale en matière de modification génétique des plantes.
  • la brevetabilité des végétaux relève d’une éthique sociale et non d’une éthique  morale.
  • si l’homme modifie génétiquement un organisme végétal, il doit prendre en compte la conservation et la protection des structures relationnelles naturelles, c’est-à-dire des structures qui lient les êtres vivants entre eux et  ne sont pas sous l’influence de l’homme.
  • toute action impliquant directement ou indirectement les plantes en vue de la conservation de l’espèce humaine est moralement justifiée.

Ce type de démarche détonne dans le paysage socioéconomique actuel. L’argument écologique et matérialiste est le plus souvent avancé en défaveur de l’idée d’une dignité végétale : la protection des plantes en ce cas se rapporte à une conception anthropocentrée où l’être humain protège les plantes et les animaux afin de protéger son écosystème. Le Bot (2007 : 3) donne à cet égard les exemples de la Constitution de l’Angola (1992) qui prévoit de protéger l’environnement et les espèces nationales de la faune et de la flore pour maintenir l’équilibre écologique, et celle de la Chine (1982) qui « assure l’utilisation rationnelle des ressources et protège les animaux rares et les plantes rares ».

Si la Suisse fait figure de précurseuse, d’autres pays tiennent aujourd’hui cette position éthique et politique à l’égard d’entités non humaines.  En 2008, la Constitution de l’Équateur fait de la nature un sujet de droit, en 2010, la Bolivie adopte la « loi sur les droits de la Terre Mère », et en 2012, la Nouvelle-Zélande accorde une personnalité juridique à la rivière Whanganu (David 2012).

Le manque de considération pour les plantes vient de leur différence vis-à-vis de l’être humain. Elles n’ont pas un système nerveux comparable au nôtre, ce qui a laissé supposer qu’elles n’avaient pas de sensibilité (idée entretenue par Descartes, Malebranche, et bien d’autres penseurs qui placent le végétal en dessous de l’animal dans la classification hiérarchisée du vivant). C’est aussi ce que l’on a pensé des animaux dont il a fallu prouver et réaffirmer la qualité d’êtres sentients. En réalité les plantes ont « une capacité perceptive ultrasensible et interagissent de manière complexe avec les signaux extérieurs », souligne le biologiste Jürg Stöcklin, l’expert en botanique que la CENH avait sollicité en 2004 pour apporter les éléments bibliographiques nécessaires à la discussion éthique. Les plantes sont dotées de capteurs sensoriels sophistiqués, que leur immobilité a rendu d’autant plus nécessaire (Chamovitz 2012). On sait qu’elles réagissent à la lumière, aux odeurs, mais aussi au son (Gagliano et al 2012) ou aux stimulations mécaniques (le botaniste Francis Hallé parle par exemple de la timidité des arbres d’une même espèce qui font en sorte que leurs cimes ne se touchent pas, une étude de l’INRA à Clermont-Ferrand atteste d’un sens du toucher, Peter Wohlleben (2017) montre que les acacias africains sécrètent une substance toxique à l’arrivée de girafes afin de décourager celles-ci). Les biologistes parlent désormais de neurobiologie végétale. Mais c’est peut-être tomber dans un autre extrême. L’expression neurobiologie végétale est réfutée par le biologiste Daniel Chamovitz qui rappelle que les plantes n’ont pas de neurones. Finalement, peut-être faut-il penser la condition végétale en termes de continuité. Déterminé à étudier les plantes pour elles-mêmes, et non en rapport avec la biologie humaine, Daniel Chamovitz découvre des gènes qu’il a d’abord cru spécifiques aux végétaux, leur permettant de discriminer la lumière de l’obscurité et de modifier leur forme en fonction. Mais il constate plus tard que ces gènes appartiennent aussi à l’ADN humain ! D’autres chercheurs, comme Stefano Mancuso (2018), n’hésitent pas à invoquer l’intelligence des plantes.

Les futures découvertes scientifiques permettront d’ajuster notre perception des plantes et la place que nous leur accordons. Depuis la parution en 2017 du livre à grand succès de l’Allemand Peter Wohlleben, la Vie secrète des arbres, qui a popularisé l’idée d’une communication intra- et interspécifique, la question végétale est de plus en plus débattue. Pour le philosophe Emanuele Coccia, ou pour le juriste Christopher Stone qui œuvre en ce sens depuis 1971, les plantes sont des sujets politiques.

Dans le même esprit, un groupe de chercheur.es (PlantCoopLab) s’intéressent à l’idée nouvelle du travail des plantes, prises en compte comme des êtres de relation, et non des matériaux à exploiter. Sylvie Pouteau (2020) défend l’idée d’un « parlement des plantes » inspiré du « parlement des objets » de Bruno Latour.

Attribuer un pouvoir politique aux « êtres verts » n’est que leur rendre justice : elles sont les premières occupantes de notre planète (ce qu’exprime l’anthropologue canadienne Natasha Myers par la notion de phytocène). En favorisant l’oxygénation de l’atmosphère, elles ont permis le développement de la vie animale. Leur rendre justice, c’est aussi tout simplement rendre justice à l’être humain dont l’ADN porte l’histoire végétale comme le montre Daniel Chamovitz.

Références

– CENH, 2008, « La dignité de la créature dans le règne végétal – La question du respect des plantes au nom de leur valeur morale », [en ligne].

– Chamovitz Daniel, 2017 [2012], What a Plant Knows: A Field Guide to the Senses, New York, Scientific American / Farrar, Straus & Giroux.

 – Coccia Emanuele, 2016, la Vie des plantes, Paris, Editions Payot et Rivages.

– David Victor, 2012, « La lente consécration de la nature, sujet de droit : le monde est-il enfin Stone ? », Revue Juridique de l’Environnement, n°3 : 469-485, [en ligne].

– Gagliano Monica, Mancuso Stefano and Robert Daniel, 2012, “Towards understanding plant bioacoustics”, Trends in Plant Science, vol. 17, n°6, [en ligne] : 323-325.

– Hallé Francis, 2005, Plaidoyer pour l’arbre, Paris, Actes-Sud.

– Kohn Eduardo, 2017 [2013], Comment pensent les forêts, trad. Grégory Delaplace, Paris, Zones sensibles.

– Le Bot Olivier, 2007, La protection de l’animal en droit constitutionnel. Etude de droit comparé, Lex Electronica, vol. 12, n°2, [en ligne].

– Mancuso Stefano, 2018, L’intelligence des plantes, Paris, Albin Michel.

– Pouteau Sylvie, 2020, « Mouvement et monde des êtres ouverts. Vers une écologie de la représentation des plantes », La Pensée écologique, n°6, [en ligne].

– Stone Christopher, 2017, Les arbres doivent-ils pouvoir plaider ?, Paris, Le passager clandestin.

– Wohlleben Peter, 2017, La vie secrète des arbres, trad. Corinne Tresca, Paris, Les arènes.

Crédit : photo de Catherine Ruchon

Cite this article as: Catherine Ruchon, "Les plantes au pouvoir," in L’Auberge des utopies, 17/05/2021, https://utopie.hypotheses.org/1322.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.