Bientraitance architecturale et design social en EHPAD ou à domicile

Compte-rendu de la Conférence et table ronde dans le cadre de La French Design Week à La fenêtre – 10 septembre 2020

La bientraitance architecturale ne sort pas du chapeau d’un chercheur fou. Le concept est inscrit dans le schéma gérontologique 2012-2016 du Conseil de Paris et reste d’actualité dans le plan Seniors 2017-2021 de la ville de Paris. La bientraitance architecturale concerne les « usagers » (les résident·e·s comme leurs visiteurs·euses) d’établissements d’accueil tels les EHPAD, mais aussi les professionnels intervenant sur place (personnel médical, coiffeurs·euses, personnel de surveillance, etc.). Il s’agit de :

« Moderniser les EHPAD sur le plan architectural, dans la perspective de l’accueil de personnes de plus en plus dépendantes, et désorientées.

Moderniser l’outil de travail, afin de faciliter au maximum le travail du personnel. » ( schéma gérontologique 2012-2016, fiche C3 ).

Pour parvenir à l’idée d’une bientraitance architecturale, il a fallu d’abord admettre celle d’une maltraitance architecturale (Souchon & al 2006). La qualité de la conception architecturale du bâtiment a un impact positif sur la qualité de vie des résident·e·s et sur leur image d’eux·elles-mêmes. Un guide de la « bientraitance architecturale » avait déjà été publié en 2010 suite aux groupes de travail organisés avec les acteurs du secteur. Désormais, des critères de « bientraitance architecturale » sont systématiquement intégrés dans les cahiers des charges des appels à projet. Ces actions se situent dans le prolongement de la loi 2002.2 du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale. Cette loi place les résident·e·s des EHPAD au centre du dispositif et défend les droits et libertés des personnes âgées dépendantes sur tous les lieux de vie (EHPAD, unités de soins longue durée, etc.).

Lors de la conférence organisée par APAAAV-La Fenêtre (Association pour la Promotion de l’Architecture, les Arts Appliqués et Visuels)  le 10 septembre 2020 (à Montpellier et en visio), Marine Royer, chercheuse anthropologue et maîtresse de conférences en design et sciences sociales à l’université de Nîmes, a présenté deux recherches-actions collaboratives en design financées par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) qui défendent l’idée d’une bientraitance architecturale :

  • « La Ressource de l’autonomie » (2017-2019) ayant pour objectif de développer un service répondant aux problèmes que pose l’accès aux équipements et aux aides techniques pour les personnes âgées et personnes handicapées, à domicile. http://ressource-autonomie.fr/
  • « Comme À La Maison En EHPAD » (CALME) (2019-2020), projet favorisant la co-création des agents hospitaliers et l’encapacitation des personnes âgées accueillies en EHPAD au CHU de Nîmes. Cette recherche-projet en design social est menée au gérontopôle Carémeau-Serre-Cavalier (CHU de Nîmes) qui vise à penser la transformation d’un lieu où l’on loge vers un lieu où l’on habite. http://projetcalme.fr/

Les questionnements de l’équipe PROJEKT vont bien au-delà de la recherche d’une juste ergonomie adaptée à des corps vieillissants. Certes, il faut par exemple prévoir des couloirs dégagés et lumineux pour les déplacements. C’est ce que la plus élémentaire pragmatique recommande. Mais la réflexion architecturale peut aller bien au-delà. Elle peut aider à préserver ce que les résident·e·s perdent le plus souvent, dès lors qu’ils quittent leur domicile privé : le libre arbitre et la possibilité du choix. Comment l’architecture peut-elle opérer ce miracle ? Simplement en créant des espaces qui offrent des choix de déambulation, des objectifs de déplacement, en imaginant des lieux jusque-là impensés en EHPAD, des lieux qui permettent un temps social, par exemple des « coins bistrot » où l’on peut écouter de la musique ou « inviter » quelqu’un (action dont on se voit privé dès lors que l’on perd son autonomie). Autre facteur de sociabilité : disposer d’un salon d’accueil pour les visiteurs·euses (au lieu de recevoir dans une chambre), équipé d’objets aussi anodins mais souvent oubliés qu’un porte-manteau. En effet, le simple fait de pouvoir poser son manteau quelque part incite à rester. Ces détails qui n’en sont pas ont été soulignés par les fondatrices de l’agence de design social La Bobine, Emma Livet et Sophie Krawczyk, membre de l’équipe PROJEKT.

Si ces idées ont vu le jour, c’est que la recherche s’est faite « avec et non pour » les usagers, « pour que le monde d’après ne soit pas fait par les gens d’avant ». C’est le credo de la porteuse du projet. Afin de rendre compte des réalités subjectives, les bénéficiaires ont été consultés et impliqués dans cette action qui les concerne. Là encore, on peut admirer la mise en œuvre du sens pratique indispensable aux plus belles idées. Pour exemple, les bénéficiaires peuvent tester sur un panneau les différents loquets et exprimer leur avis. Cela s’inscrit dans une démarche itérative :

Une recherche-projet en design est alimentée par une compréhension approfondie de ce que les personnes veulent et ont besoin dans leur vie. En cherchant à définir par l’usage, on revient en réalité inévitablement à l’essence même du processus itératif : expérimenter, tester, valider. […] Le but de l’expérimentation est de valider les usages, non l’outil. (« La Ressource de l’Autonomie », PROJEKT (EA 7447), Université de Nîmes, p. 19)

La feuille de route publiée par les membres du projet « La Ressource de l’Autonomie » souligne chaque étape de la démarche : phase d’étude et d’état de l’art, phase d’immersion et de rencontre, temps de co-conception, phase d’analyse et de synthèse, d’expérimentations (tests et itérations) et phase conclusive de diffusion. Ces étapes sont présentées et discutées dans deux (magnifiques) documents imprimés qui témoignent d’une volonté pédagogique de diffusion : la Feuille de route du projet, format poster, et « Mode d’emploi d’une recherche-projet en design social sur le maintien à domicile des personnes âgées et en situation de handicap », magazine en format petit tabloïd. A noter aussi la réalisation d’une web série de trois épisodes qui retrace les principales étapes (l’immersion, les ateliers de co-conception,  les expérimentations).

Au cœur des thématiques du care, du souci de l’autre, ces recherches-actions permettent de faire progresser la connaissance et transformer les réalités sociales, ce qui n’est possible qu’en écoutant l’ensemble des parties prenantes.

Référence bibliographique

Souchon S. et al., 2006, « L’architecture peut-elle être source de maltraitance ? Un regard de gériatres », Gérontologie et société, vol. 29, n° 119, <https://www.cairn-int.info/revue-gerontologie-et-societe1-2006-4-page-75.htm> : 75-84.

 

Cite this article as: Catherine Ruchon, "Bientraitance architecturale et design social en EHPAD ou à domicile," in L’Auberge des utopies, 24/09/2020, https://utopie.hypotheses.org/751.

Crédits : visuels de la brochure « Mode d’emploi d’une recherche-projet en design social sur le maintien à domicile des personnes âgées et en situation de handicap », La Ressource de l’Autonomie, PROJEKT (EA 7447), 2020.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.